Aller des mots à la lettre, c'est aller l'amble.C'est avoir cette démarche défectueuse de la décadence, démarche empruntée qui est donc celle de l'imposture. L'imposture que nous souhaitons n'est pas celle qui du semblant, fait un vrai semblable, affirmant un vrai mensonge pour revenir au même. Ce pâle subterfuge de la substitution est soumis aux idéologies du moi qui, en vase clos, se nourissent du principe qu'il faut être "soi-même". Notre ambition n'est pas de ressembler - vraie semblance- à une quelconque idée que nous pourrions avoir de nous-même, et de surcroît à toute heure, en toutes circonstances, ce qui suppose la persistance d'un miroir narcissique "dans" les yeux. Le moi à l'aune du même, c'est la cécité élevée à l'ordre du mérite. Nous rêvons d'une imposture de la paresse, d'un impouvoir qui désarme. Là est l'étonnement sans orage, le ravissement sans viol. Et puis de l'identité, oui , Narcisse, à condition, Protée, d'en avoir en pagaille!                                                                                                                                                                                                                                                               

 

                                                                                     

Ainsi les mots, qui, à la lettre, ne tombent sous aucun sens, les ayant tous selon leur choix. Pas d'empire de l'origine, qui se noie dans sa mémoire comme la vérité qui est faite pour se noyer dans son puit. Des mots à la lettre sont des mots qui se voient. Ils disent entre autre que l'écrit est un art du regard, et voyagent d'un sens à l'autre en produisant une musique, dans le silence et la rumeur. Car c'est une mise hors-de-soi, et non pas un mutisme.

Ce mutisme, la musaraigne nous l'enseigne quand elle est menacée. Elle s'immobilise alors, elle s'interdit. Son immobilité est une rentrée en soi, elle coïncide à elle-même.          

L'art au contraire provoque l"émotion", c'est-à-dire le mouvement, à la lettre. Il déploie tous les espaces dans tous les temps, il crée un non-lieu intemporel. Il n'imite pas la mort ou le mort, il sort l'humain de son langage. C'est l'étonnement, le ravissement, la béatitude. Le tonnerre, le rapt et la panique. Le dit perd la chose.

Paris, 15 mai 1981 et 14 juillet 2016